17 octobre 2020 : pas de justice sociale sans justice environnementale !

 

Il est devenu assez banal d’affirmer que « fin du monde et fin du mois » constituent un seul et même combat. Mais qu’est-ce que ça veut vraiment dire, un slogan comme celui-là ? Affirmer qu’il s’agit d’un même combat n’est pas suffisant. Encore faudrait-il préciser à partir d’où on compte engager la bataille. Et là, c’est tout à coup beaucoup plus incertain. Par quoi commence-t-on ? Par le social ou par le climat ?

Jusqu’ici c’est bien souvent l’urgence climatique qui vient en premier et il semble que la question sociale n’apparaisse que comme l’arrière-fond d’un bouleversement environnemental plus global (climat, biodiversité, pollutions,…). Pourtant, les populations les plus vulnérables qui sont les moins responsables du réchauffement climatique ou de la diminution de la biodiversité sont aussi celles qui risquent d’être touchées le plus durement par les conséquences de ces changements.

Pour nous, c’est clair : il faut d’abord établir un socle de droits et de moyens qui empêcheront que, dans une humanité aux ressources finies, les pauvres paient doublement l’addition de ce qu’ils n’ont pas consommé.

L’amenuisement des ressources et les pressions plus nombreuses qu’elles vont subir mèneront mécaniquement à un confort de vie différent de celui auquel, ici dans l’hémisphère nord, nous sommes habitués. 

On voit pourtant que la réponse à la pauvreté n’est pas prioritaire dans l’approche que les politiques publiques ont de la question climatique. Beaucoup de choses nous indiquent même le contraire.

Pensons par exemple à la taxe carbone proposée par le gouvernement français et à ce qu’elle a provoqué. Cette mesure pensée exclusivement en termes environnementaux n’a pas anticipé les difficultés qu’elle allait entraîner pour des populations déjà marginalisées. Les Gilets Jaunes sont nés de cette incapacité à penser le social et le climat en même temps. C’est là un exemple où le climat prend le pas sur le social, mais ce n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres. L’isolation des logements en est un autre. Tant que cette mesure concernait les « passoires énergétiques » que représentent bien souvent les logements de personnes appauvries, elle ne constituait pas une priorité. Maintenant qu’elle répond à un impératif généralisé d’économie d’énergie et de réduction des émissions de Co2, elle apparaît comme un nouveau marché prometteur et est donc considérée comme une piste d’action très sérieuse.

Il n’est plus acceptable que la question sociale soit plus durablement tenue pour mineure face aux enjeux contemporains du monde et de la planète. Le Covid-19 est venu nous rappeler avec quelle rapidité les inégalités peuvent se creuser et les appauvrissements s’amplifier lorsqu’un événement mondial de cette ampleur survient. Mais cette crise nous a montré également qu’une autre narration sociale était possible. Si les personnes parmi les plus mal payées du monde du travail n’avaient pas soutenu le système socio-économique à bout de bras, il n’est pas certain que les chaînes d’approvisionnement alimentaire auraient tenu, que les soins auraient pu être prodigués, que la salubrité publique aurait été assurée, etc… Pourtant, il n’aura pas fallu attendre longtemps, une fois que les applaudissements se sont tus, pour que cette reconnaissance s’estompe. Les choix économiques et politiques sanctionnent aujourd’hui celles et ceux-là mêmes qui ont contribué à maintenir en vie un système moribond.

Avant même que les premiers effets des changements climatiques ne se fassent sentir, nos sociétés montrent comment leur incapacité à sortir d’une logique de profit et de prédation va continuer d’impacter les plus vulnérables. Qu’en sera-t-il demain, lorsque les canicules que nous connaissons aujourd’hui s’amplifieront et compliqueront plus encore tous les rapports économiques ? Le Covid-19 devrait nous apprendre beaucoup de ce qui nous attend.

Il ne fait aucun doute que de nouvelles personnes vont prochainement s’ajouter à celles qui vivent déjà la pauvreté. C’est pourquoi, afin de garantir que les perdants d’aujourd’hui ne soient pas les anéantis de demain, il nous faut commencer par assurer que les minima sociaux soient supérieurs au taux de pauvreté, que le salaire minimum comme le montant des pensions augmentent, que la sécurité sociale soit préservée et que son financement soit élargi, que les services publics soient renforcés au bénéfice de toutes et de tous au lieu d’être sans arrêt définancés et que les droits sociaux soient une fois pour toutes individualisés. C’est ça, constituer un socle dont il sera plus difficile de dégringoler.

Mais c’est aussi, tout en se battant pour que ces revendications soient politiquement et concrètement rencontrées, avoir l’audace de mettre dans l’espace public des idées, des visions et des propositions dont nous pourrons collectivement nous emparer afin de rendre effective la rencontre entre fin du monde et fin du mois.

Intéressé.e ? contactez-nous ici pour les détails pratiques

>> Cliquez ici pour voir notre événement Facebook <<